…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

il y a (10)

mise en ligne : dimanche 9 juin 2013

il y a l’horaire inamovible
car le temps est un mouvement de l’Univers
une force impossible à maîtriser
peut-être découvrira-t-on un jour la particule élémentaire
plus petite encore que le boson
(plus dense)
plus insaisissable encore que le neutrino
(plus rapide)
qui provoque l’écoulement du temps
cette pesanteur inflexible

il faudrait arrêter le temps pour le mesurer
(l’eau ne mesure pas l’eau)
pour le stocker
et le déverser tout à coup très vite

(on fera tenir un an dans une semaine
et sept jours sur sept dans vingt-quatre heures dans la main)

ou le contraire
étirer une après-midi sur toute une vie
et recommencer le lendemain

il n’y aura plus d’horaire aux trains
plus de durée aux séances de cinéma
l’espérance de vie sera calculée en secondes
l’historien en coureur de fond
le robot de transaction financière se couchera de bonne heure
gardant du temps pour écouter aux portes
aux planchers

et nos regards l’un sur l’autre
ne se fermeront plus

le tourisme est un amour vendu au kilo
la ville en parcelles
rues où passer et rues désertées
quartiers obligatoires et quartiers invisibles
au kilo il en vient des tonnes
et nous avec et le PIB se pèse

et au métro Palais Royal - Musée du Louvre
intrigué par un visage aux yeux tristes
qui comme moi sortait lentement de la rame
tenant à la main une pince-monseigneur
j’ai suivi
à travers la cour de l’ancien château
jusqu’au Pont des Arts
où j’ai vu
parmi tous les petits cadenas dorés prisonniers du pont
(et réciproquement)
la pince, fouiller
faire tinter
puis couper
l’acier du cadenas de son amour
(avec la ville peut-être)
de son idéal
(avec la vie ?)
de quelque chose qui tenait bon
(et qui aurait cédé ?)
mais peut-être au contraire
coupait-il le pont

tandis que non loin
(dans un autre plan du monde)
d’autres fixaient
dans une résine synthétique
les bibelots sortis de leurs bouches

*

 
 

Image :
Memory ware flat #18, Mike Kelley.
Résine synthétique, bois, bijoux. 2011. (Centre Pompidou 2013)

Mots-clés

visage   ville   paradoxe  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi