…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Je ne me souviens pas, 2

mise en ligne : lundi 9 septembre 2013

Je ne me souviens pas de la dernière cigarette.

Je ne me souviens pas du dernier colibri ni de sa dernière fleur. 

Je ne me souviens pas du dernier papillon ni du dernier pare-brise qui l’éclata

Je ne me souviens pas de la chute de la dernière éolienne, ni des horaires des marées noires.

Je ne me souviens pas des chiffres officiels, ni des communiqués, je ne me souviens pas des démentis, ni des erratums.

Je ne me souviens pas des chutes des satellites de télécommunication, de leur traînées bleues dans le ciel vert..

Je ne me souviens pas du dernier rire. 

Je ne me souviens pas du dernier tract.

Je ne me souviens pas de la dernière fugue, de la fin des départs précipités vers les hauteurs.

D’ailleurs, je ne me souviens pas du dernier alignement des sommets, ni de la standardisation des dépressions.

Je ne me souviens pas de la dernière édition du dictionnaire, du dernier mot créé.

Je ne me souviens pas du dernier désir.

Je ne me souviens pas du dernier accident, du dernier fait inattendu, de la dernière surprise.

Je ne me souviens pas du dernier glacier, ni de la dernière île.

Je ne me souviens pas de l’amélioration des poissons.

Je ne me souviens pas du perfectionnement de l’Histoire, ni des nouveaux outils pour une pensée efficace.

Je ne me souviens pas du dernier reflet renvoyé à ma face.

Je ne me souviens pas de la neige fluorescente, pas plus que des giboulées radioactives de janvier.

Je ne me souviens pas des araignées ailées, ni des morsures de coccinelles. 

Je ne me souviens pas de la programmation des forêts.

Je ne me souviens pas des chiens domestiques redevenus loups en deux générations, ni des cadavres de vieilles dames pendues aux balcons haussmanniens.

Je ne me souviens pas de l’éloignement de la lune, ni du des palmiers du Pôle Sud.

Je ne me souviens pas des boues lumineuses remontant les canalisations.

Je ne me souviens pas de la fin du don.

Je ne me souviens pas du plan de mise en place des libertés totales.

Je ne me souviens pas des nuits de mille jours, de la rotation erratique sous contrôle de la Terre, du rallongement des heures, et du travail supplémentaire.

Je ne me souviens pas de la synthèse du pollen. 

Je ne me souviens pas d’avoir préféré être hors du rang.

Je ne me souviens pas de toutes les couleurs.

Mots-clés

mort   politique   science-fiction  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi