…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Google te survivra

mise en ligne : lundi 13 janvier 2014

13 janvier 2014

Pour vérifier quelque chose "sur le terrain", pour Village, je suis allé dans Google Street View. Effectivement cette ligne de chemin de fer est désaffectée, sauf peut-être pour les trains fantômes.

Démarche bien absurde puis que mon Village n’est pas le village réel, je peux bien affecter ou désaffecter cette ligne de train selon mon bon vouloir. J’imagine que c’était encore une manière d’un peu de page blanche alors que j’ai bientôt terminé. Je l’avais écrite déserte, elle l’est. On s’en fiche puisque j’écris un village possible d’il y a trente ans dans le passé, et Google n’existait pas à ces dates, si ça se trouve, des trains de marchandises y passaient.

J’ai alors remarqué la "date de prise de vue", à côté du copyright. et me suis promené, pour voir les dates, les lieux, ce qui change, comme je m’y étais déjà amusé [1] à une époque où seule la mention copyright existait.

Voir des lieux que l’on a connu, les voir en 2008, en 2012, en 2009, car toutes les rues d’une ville ne sont pas photographiées en même temps et la carte que dessine Google est une carte d’un genre inédit dont toutes les parties, si elles partagent le même espace apparent, ne partagent pas le même temps.

Ici, il suffit de tourner au carrefour pour que l’immeuble soit terminé.

La carte de Google représente un autre espace-temps, dans lequel un immeuble, une rue, peuvent exister et ne pas exister, à quelques mètres de distance. Et aussi, bien sûr, des êtres.

Par exemple, dans le village réel, en 2008, sur la photo de la maison © Google, ma mère était encore en vie, ombre derrière un rideau peut-être. Sur telle vue de la clinique, elle est peut-être en train de passer un examen, ou d’écouter le cancérologue tandis qu’il écrase un énième mégot dans le gros cendrier posé sur son bureau fumant, marmonnant qu’il faut "continuer le protocole" (2009) ou, après avoir raconté les dizaines de tortues vues pendant ses vacances, qu’il faut "changer le protocole" (2011).

Ailleurs, simplement traverser la route devant le crématorium, fait passer de vie (juillet 2008), à trépas (juillet 2012).

[1] il faut ici survoler "sur quelques mètres, Google saute les saisons".

Mots-clés

en cours   google   écrire   mort  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi