…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Quitter la ville

mise en ligne : dimanche 6 juillet 2014

23 juin 2014

Quitter la ville pour la suburbia décrite par Bruce Bégout [1]. Trouver le connecteur qui éteint tout ici et nous propulse sur le rebord urbain, en équilibre au-dessus d’une périphérie, plus de centre, plus de direction, et se laisser glisser doucement jusqu’à ce bar wifi sur une "place du village" dominée par des tours et des barres, un peu plus loin, où avant il y avait des champs.

*

Un carton dans un placard jamais ouvert, une douzaine de carnets, j’en prends un au hasard, il date de 2005, le feuillette et trouve parmi une liste de nom de tableaux vus à l’exposition de la collection Philips (au Grand Palais j’imagine) :


Lyonel Feininger, Village, 1927

J’avais complètement oublié cette exposition, et si l’on m’avait demandé j’aurais été incapable de dire quels tableaux j’y avais vu — peut-être Le moulin de la Galette, confondant alors avec Le déjeuner des canotiers, ou ce grand chêne rouge, habituellement exposé à Tokyo, confondant avec une autre exposition.

 

Hasard ou cerveau malade ?
Je referme le carton.

Mots-clés

en cours   Lyonel Feininger   Bruce Bégout   Paris   café  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi