…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Relire

mise en ligne : mardi 4 février 2014

4 février 2014

Il y aura 4 ans cet été [1] je me décidai pour faire quelque chose de rature.net, nom de domaine réservé depuis quelques années, comme cet autre, relire.net, dont je n’ai su que faire que récemment.

Je vais utiliser Relire.net pour présenter des travaux codés avec les autres. Soit les autres écriront, soit je coderai les idées des autres.

Présenter les quatre projets actuellement disponibles, et le prochain, permet de mieux comprendre.

1
D’abord un jeu, codé suite au hashtag de @parpaing dans ce tweet : "Le jeu de Paris Hilton, imaginé par @Nordengail : prénom = capitale / nom = chaîne d’hotels #ougadougoucampanile", le ParisHiltonGame qui à l’instant me donne :

2
Ensuite, reprenant le principe du programme aléatoire, mais cette fois avec des coordonnées géographiques (on pourrait dire : en ajoutant au Globe Génie un simple scénario étendu hors des rues), au moment où la Nasa nous annonçait qu’avec moins de 10% de terres habitées son satellite radioactif qui allait s’écraser sur Terre ne devait pas nous inquiéter, j’ai codé le SatelliteGame, qui vous donne sur une carte un lieu au hasard (avec une certaine répulsion des pôles, toutefois, gravité oblige) sur Terre. Et qui à l’instant me donne (après seulement 3 rafraîchissement) ce petit village Polonais de Dobromyśl, à quelques kilomètres de la frontière Russe, au sud de Brest, anciennement Brest-Litovsk, le satellite tombe précisément dans ce champ, à cinquante mètres des habitations.

3
Quelques mois plus tard, en juillet dernier, Anne Savelli imaginait, pour le Général Instin, des déclinaisons basées sur, par exemple : "mon général mue, ton général tue, son général sue, notre général nu, votre général vu, leur général lu" ; dont chaque mot serait une étiquette à placer soi-même sur un tableau de liège. Mathilde Roux créait le tableau de liège en papier et carton autocollant, et je codais le tableau de liège numérique, chacun pouvant ensuite envoyer ses déclinaisons à ce Tumblr, comme celle-ci envoyée par le Soldat Inconnu :

4
Les oloé sont ces espaces élastiques où lire où écrire [2], à propos desquels vous apprendrez tout ce qu’il faut savoir ici dans ce mode d’emploi qui vous dit aussi la possibilité de les géolocaliser sur le site des Oloé du monde entier. La carte provient de MapQuest, une alternative à Google Maps que je trouve plus belle (et plus facile à intégrer !), avec un code déjà partiellement utilisé pour Franck Garot.

Lancés le 15 janvier, le site présente à ce jour 28 textes de 18 auteurs, et bientôt 38 textes de 23 auteurs. Les oloé ont déjà reçu 370 visiteurs, ayant lu un peu plus de 3 pages par visite pendant 3 minutes en moyenne.

Voici comment se répartissent les visites du monde entier :

Je reviens sur ces 3 minutes par page, qui comportent aussi la navigation dans la carte puisque la grande majorité des textes se lisent en moins de 3 minutes. Cette longueur est venue naturellement et me convient bien, plusieurs auteurs ont écrit plusieurs oloé ce qui me convient encore mieux car j’aimerai développer ceci : des voyages, beaucoup de lieux.

Franck Garot, Seb Ménard, Pierre Ménard, Igor Myrtille ont déjà pris ce chemin, rejoint bientôt par Anne Savelli, Ly Thanh Tiên… Nous pourrons suivre, de latitude en longitude, leur usage du monde, via où ils lisent et écrivent.

La page auteur est la seule du site qui réduit le nombre de marqueurs à exclusivement à ceux de l’auteur, les autres pages centrent autour du texte le plus récent à un zoom rapproché (la page d’accueil) ou un peu éloigné (page rubrique=page pays, page d’un texte), mais affichent les marqueurs des autres pays si l’on se promène.

L’Europe de Franck Garot :

ensuite
En 2014, pour Relire, j’essaierai de trouver un nouveau code par mois environ.

En février, quelque chose pour relire le semenoir de Maryse Hache. En mars et avril, je ne sais pas encore. J’ai laissé de côté Les carnets de correspondance, peut-être les reprendre ? Le nom de domaine expire bientôt…

Il me faut encore concevoir la page d’accueil autrement pour présenter tous les projets, et pour y accueillir Quentin Leclerc que certains ont peut-être déjà vu tweeter le standard : "Relevés mis à jour ql.relire.net". Mettre en place une idée, que j’avais eu pour un texte de Juliette Mezenc mais qui était déjà en train d’être édité ailleurs, sur un des textes d’André Rougier. Quant à créer un compte twitter spécifique pour relire, c’est fait, le compte suit ceux et celles qui sont (ou seront) sur Relire.

Et aujourd’hui mardi 4 février 2014, quelque part dans le monde le soleil s’est levé à 06 h 57 pour se coucher à 18 h 51, et bonne fête à tous les Paramaribo Carlton.

[1] ce qui veut dire aussi que mon premier blog disparu aura été créé il y a 10 ans à l’automne.

[2] d’après le livre d’Anne Savelli chez D-Fiction.

Mots-clés

en cours   relire.net  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi