…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Despentes, Virginie. King Kong Théorie.

mise en ligne : jeudi 27 février 2014

Page 11

Toujours trop virile me dit-on. Ce sont pourtant mes qualités viriles qui font de moi autre chose qu’un cas social parmi les autres. Tout ce que j’aime de ma vie, tout ce qui m’a sauvée, je le dois à ma virilité. C’est donc ici en tant que femme inapte à attirer l’attention masculine, à satisfaire le désir masculin, et à me satisfaire d’une place à l’ombre que j’écris.

Page 133

Aux alentours de mes 30 ans, quand j’ai arrêté de boire, j’ai vu des analystes, des guérisseurs, des mages, ils n’avaient pas grand chose en commun. À part que ces hommes, plusieurs fois, ont insisté : "il faudrait vous réconcilier avec votre féminité." […] Mais qu’est-ce que vous entendez par là ? Je n’ai pas obtenu de réponse claire.

Page 136

Après plusieurs années de bonne, loyale et sincère investigation, j’en ai quand même déduit que : la féminité, c’est la putasserie. L’art de la servilité. On peut appeler ça séduction et en faire un machin glamour. Ça n’est un sport de haut niveau que dans très peu de cas. Massivement, c’est juste prendre l’habitude de se comporter en inférieure. Entre dans une pièce, regarder s’il y a des hommes, vouloir leur plaire. Ne pas parler trop fort. Ne pas s’exprimer sur un ton catégorique. Ne pas s’asseoir en écartant les jambes, pour être bien assise. Ne pas s’exprimer sur un ton autoritaire. […]

 
 
Virginie Despentes, King Kong Théorie. Grasset, 2006.

Mots-clés

Virginie Despentes  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi