…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Three meters eye

mise en ligne : jeudi 22 mai 2014

20 mai 2014

Écrire dans un lieu bienfaisant, rêve d’oloé, manuscrit anoté par l’éditrice à côté du clavier, prendre le temps, l’air d’une cour passe par une fenêtre ouverte, la ville est loin.

Je me fais à l’idée que Village puisse sortir dans un an ou deux, ce sera comme ça. Un peu de retravail et on m’a dit que ça "fera un livre". Il me manque simplement une information à ce propos, pour être sûr que, bien que ce soit "un livre", il puisse réellement être publié. Mais bref.

Passe un œil de trois mètres, porté par un camion, suivi par une voiture qui dispose d’une plaque minéralogique verte, comme l’œil. Ce mot, "minéralogique", se demander vraiment pourquoi l’écrire, quel rapport entre le minerai et l’identité d’un véhicule ? J’apprends sur Wikipédia que le Service des Mines immatriculait les véhicules roulant aux mines, au XVIIIe siècle. et, faute d’en savoir plus j’imagine qu’il les "homologuait", avant de "gérer" tout ce qui s’est mis à rouler et devant être identifié, des trains aux voitures.

Cette vieille obsession du contrôle, qui passe par la surveillance, l’omnipotence.

*

Qu’est-ce que cela veut dire que l’article sur les parkings remplis de dizaines de milliers de voitures non-vendues soit un hoax si crédible ? Est-il crédible ou est-ce que je veux y croire ? Cela me rappelle ce désir de guerre. C’était une bonne histoire, il faudrait écrire la suite, récession mondiale, les algorithmes prennent le contrôle.
Peut-être que Google est un gros hoax, que toute l’information depuis 15 ans est fausse, et que ça suffit pour que le monde tourne comme ça.

*

Dans Clochette et la Fée Pirate, de Peggy Holmes (scénario : Jeffrey M. Howard, producteur exécutif : John Lasseter), Zarina est presque une anti-héroïne (là où Clochette restait l’héroïne incomprise classique dans l’épisode précédent) quand à la fin, le retour au bercail [1] lui fait perdre ce statut, eh oui : elle abandonne la transgression, son idée de quitter le Pays des Fées pour se consacrer à sa passion, et rentre. D’accord, il faut dire elle a perdu ses amis pirates qui n’étaient pas vraiment ses amis… Elle revient donc conformément au plan, donc, se fait accepter après avoir été rejetée, elle gagne une liberté supplémentaire : elle a inventé la possibilité de faire de son hobby interdit un vrai métier reconnu : "l’alchimie de poussière de fée".

Dans Ratatouille, de Brad Bird, cela est dit très clairement dans la conversation entre Rémi et son père, après des premières retrouvailles [2]. Rémi, qui veut son indépendance et vivre avec Linguini pour travailler au restaurant : "Tu ne pensais pas que j’allais rester pour toujours ? Tôt ou tard, l’oiseau finit par quitter le nid…" ; son père : "Nous ne sommes pas des oiseaux mais des rats. Nous agrandissons nos nids." [3] D’une part, cela correspond à la recomposition finale de la famille dans +90% du cinéma américain à gros budget (d’exportation), d’autre part ce dialogue spécifique donne une indication sur la politique étrangère des États-Unis (culturelle, mais pas seulement). Et à la fin du film, Rémi a prouvé à tous qu’il pouvait cuisiner, et le nid s’étend au nouveau petit restaurant, la famille est recomposée et s’est agrandie.

La poursuite de l’émancipation a une limite, car si Zarina transgresse et gagne qu’on lui reconnaisse un nouveau talent, elle est soumise à la double autorité de la Reine Clarion et de Gary, le responsable de la poussière de fée, et à leur validation de "parents".

Ci-dessous, une scène du Peter Pan de 1953 (cf. ici), Clochette coincée dans le tiroir de la commode ne peut sortir par le trou de serrure à cause de…

[1] Dernier chapitre obligatoire, cf. le plan.

[2] correspondant au chapitre 10 du plan.

[3] de tête

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi