…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Fourche

mise en ligne : mardi 12 août 2014

10 août 2014

À tous les paysages vus au cinéma, il faut ajouter ceux de la télévision, et ceux de Google Street View, les milliers de kilomètres de rues et de routes, d’autoroutes et parfois de chemins, photographiés comme un film lent à une image par seconde.

Dans The Bling Ring, le personnage joué par Israel Broussard, Marc, trouve dans un moteur de recherche l’adresse de la résidence de Paris Hilton. Il tape "Paris Hilton address" et le premier résultat est le bon. La scène peut paraître invraisemblable, mais c’est véridique, on trouve aujourd’hui encore en premier résultat une page avec un google maps de sa maison. Comme dans le film, les adresses des maisons des stars sont publiques.

George Clooney habite ici, dans les bois.

Et pour continuer ce que je disais l’autre jour, ce qu’il faut, c’est créer les paysages que Google ne pourra pas photographier.

*

Tepco a deversé plus de 2000 tonnes d’eaux de dérivation, contaminées, dans le Pacifique. En une fois, ce qui s’ajoute aux infiltrations et fuites habituelles. C’est expliqué ici, les réacteurs, leur refroidissement, l’eau utilisée, celle réutilisée, celle stockée, les fuites dues à la construction trop rapide de containers de stockage (un toutes les 60 heures)… Je ne sais pas ce que ça veut dire, une fois diluées, ces eaux vont augmenter de combien la radioactivité du Pacifique ? Est-ce que c’est encore suffisamment dilué pour être viable ? La chaîne alimentaire mettra combien de temps à être touchée et à quel taux ? Est-il possible d’estimer la date à laquelle la radioactivité fera dépasser, à l’ensemble des océans de la Terre, un point de non retour, rendant la planète définitivement inhabitable ?

Entre la ville de Fukushima et la zone contaminée, la Google car est passée après la catastrophe. Musique : Hood, They removed all trace that anything had ever happened here, 2001.

Mots-clés

google   Paris   Fukushima   télévision   cinéma   Sophia Coppola  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi