…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

1477

mise en ligne : lundi 25 août 2014

23 août 2014

Un tilleul vieux de 537 ans, au tronc creux, comme ayant éclaté, mesurant 17 mètres de circonférence, trône discrètement à 600 mètres d’altitude.

Assez indescriptible autrement, la "Tille de Bracon" ou "Tille de la Grange Sauvaget".

Il donne feuilles, fleurs et fruits. Son feuillage est bas, large, enveloppant.

Que dire d’autre ?

 

On dit qu’il fut planté en l’honneur du mariage de Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, avec Maximilien, empereur d’Autriche, c’est à dire en 1477 : soit le 21 avril, date du mariage par procuration, soit le 19 août, date de la célébration à Gand.

Peut-on dire qu’il "pousse" encore ? Il a peut-être arrêté de grandir.

Il y a quelque chose de respectable, qui impressionne, comme de regarder les étoiles trop lointaines pour être atteintes, qui nous font prendre conscience de notre passage, de notre place étroite.

Le tilleul se repose, il attend. Il fait les rêves que seuls font les vieux arbres.

*

…un médoc pour te sécher les rêves et tu ne rêverais pas, tu dormirais juste (je ne sais pas si je le prendrais ce truc).
— Guillaume Vissac, Journal

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi