…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Attention : liberté

mise en ligne : mardi 14 octobre 2014

9 octobre 2010

Sur la grille franchissable de cette usine désaffectée, un panneau :
Attention chien en liberté.
Plus loin, en bas, des éoliennes démontées, qui attendent le vent.

*

Quentin Leclerc, dans ses Relevés :

Encore cet idiot d’Ezine, qui, en réponse à la question de Garcin lui demandant s’il a lu le dernier Volodine, confesse, avec un air de satisfaction intense et une prétention toute outrageante : « Personnellement, non ». Quelle époque de cons, tout de même

Oui.

*

Parfois mes pupilles se transportent sur mes paupières et je ne peux plus fermer les yeux. Alors j’essaie d’enfoncer tous les silences que je trouve au fond de mes oreilles, et les morceaux d’ombres qui traînent, je les avale. Au bout d’un moment j’arrive même à ne plus parler, parler, et je vois deux obscurités à la fois, c’est bon signe, je n’ai plus, n’ai plus mal.

*

L’interface d’impro ce soir ne marche pas, je veux dire que moi, avec, je ne marche pas, quelque chose ne me va pas, j’y arrive pas. Je me dis que je ne l’utiliserai plus. Mais c’est peut-être la lecture de Je ne me souviens pas, deuxième fois en intégralité, troisième fois en tout, qui est de trop ; il ne faut pas répéter deux fois les mêmes choses, jamais.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi