…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Approche du lac

mise en ligne : mardi 21 octobre 2014

11 octobre 2014

Le livre sortira le 23, mais il arrive déjà, multiple, dans un carton, à la médiathèque de Bouaye, avec son éditeur Bernard Martin. Île Ronde, déchirure / tempête, "variation pour Dita Kepler", écrit par Anne Savelli, qui m’a demandé d’y écrire la "contre-voix". La couverture est de Mathilde Roux, et il y a des photographies de l’auteur et d’Arnaud de la Cotte. J’ai accompagné Anne pour une lecture à deux voix, avec photos et carte du lac, meilleure impression, pour moi, de ce que j’ai lu par rapport à la veille – le texte lu est un remontage du texte original, qui comprend déjà des montages – voici un extrait, assemblé d’une autre façon encore :

Dita n’a pas de mots parce que le bruit, croit-elle, remplace sa pensée. Du monde réel elle ne connaît que la ville, une certaine sorte de ville, celle qui cherche à régner. En elle, Dita K, une liste complète d’échangeurs d’autoroutes, de boulevards circulaires qui se grimpent les uns sur les autres, s’accumulent et s’annulent : un vrai film d’anticipation. Son corps de femme est fait de coups de freins et de klaxons, d’insultes le long des voies, sur les bras, les bretelles, dans les aires, sous les roues et devant les pare-brise. Jusqu’ici, chaque fois qu’elle a quitté le jeu elle est tombée où la tension monte, un pic, monte encore. Où l’on bouscule, jette, se fait justice soi-même, retourne la violence contre soi, contre d’autres. Aux carrefours et dans les ruelles. Sur les trottoirs et dans les boîtes à lettres. Dans les urnes, au dehors. Aux intersections, dans les angles morts. Sa perception des choses est née de ce qui heurte, de ces chocs successifs. Aussi, décrypter autrement ce qu’on entend, ce qui vibre, est-ce possible pour elle ?

Le sol tremble à nouveau, sur des kilomètres la terre ondule comme un tapis immense, tous rebondissent, se mélangent, les ordres se transforment, se transmutent, se taisent et crient à nouveau… le lointain lac vu du ciel est un trampoline fou… la trajectoire générale est calculée à dix-huit décimales… dans une unité de mesure créée spécialement pour l’occasion… s’opère alors un saut et ils se retrouvent… à… La Paz… péninsule branlante… Où les maisons pendent aux bras des cadavres flottants des immeubles, que les nuages peinent à soutenir. Les souffles retombent, les expirations viennent de haut, les déserts sont câblés aux étoiles, quelque chose monte.

Le livre chez Joca Seria :

 

Mots-clés

campagne   Nantes   eau   Anne Savelli   écrire   lecture   voix  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi