…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Vusiner

mise en ligne : lundi 26 janvier 2015

lundi 19 janvier

et ici, et et ici encore.

Pas mieux, pas plus. Rien. Je lis.

Ailleurs, des conversations vides, j’essaie de parler politique, d’Histoire, de la Cité, ce qui suppose du réel, mais on me répond des mots, des idées, des principes vides de faits, alors que du temps a passé, que des masses se sont déplacées, que dehors ne peut pas être un fantasme ; j’emploie peut-être encore trop de mots.

20 janvier

J’essaie de trouver une forme poétique pour pouvoir y mettre des mots avec difficultés, devoir les choisir, être obligé d’en éliminer beaucoup. Besoin de ritournelle, de contrainte. Ça donne :

rien vu — cet hiver voit
on sort — pensées sur soi
sont clos, les regards doux.

vite — et penser mal
ils sont allés trop loin
les tirs ont frappés : fin.

elle croque au crayon celle
qui dort assise et belle
au fond du métro 7.

hors des gonds, chemin : fin
ne crois jamais ça — loin
il y a toujours toi.

au bout du chemin : rien.
au tir choisir le loin
Où est passé le doux ?

je bois un café crème
sans même ouvrir les yeux
je ne veux aucun rêve.

On sait à venir pire
ces mots seront plus doux
mais pas de suite, chut.

au fond du café — bruit
en tête, autres sons bruts
comme un chant enfin là.

Il s’agit d’un tryptique, dont le premier et le dernier vers sont structurés à l’identique : cinq mots, six syllabes, uniquement des mots d’une syllabes sauf l’avant dernier qui en fait donc deux. Le vers du milieu possède aussi cinq mots et six syllabes mais le mot de deux syllabes est au milieu. Deux rimes ou assonances. On pourrait appeler ça des vusine, il s’agit de vusiné un poème, un tryptique. Vusine parce que si l’on transcrit en morse les trois vers, avec un point pour représenter les mots d’une syllabe et un trait pour ceux de deux, on obtient :
•••–•
••—••
•••—•
qui peut se découper : •••— / • / ••— / •• / ••• / —• ; soit V E U I S N en morse, l’anagramme de vusine.

Il me semble que le rythme créé par chaque court vers peut donner une chute brutale ou, au choix, une chute éteinte. L’autre avantage est qu’on peut facilement tweeter un vusine. Pour l’instant je ne sais pas vraiment ce que ça donne, ce que ça pourrait donner, ce qu’il faudrait changer, pour améliorer le rythme. Brouillon.

Mots-clés

temps   contrainte (OuLiPo)   politique  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi