…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

terreau terre au isme

mise en ligne : jeudi 5 février 2015

dédié à tous autoritaires légiférants

je vais chez mon boucher terroriste, acheter une escalope de dinde terroriste, en vue de la faire revenir dans une huile terroriste avec quelques épices terroristes.

chez mon boulanger terroriste, je prends un pain terroriste et des pâtisseries terroristes.

chez mon primeur terroriste, je choisis les meilleures poires, kiwis et grenades terroristes.

chez mon épicier terroriste, je demande une bouteille de son meilleur vin terroriste, et aussi quelques pistaches terroristes, ce sera pour un apéritif terroriste.

me voilà avec un sac terroriste de courses terroristes et l’envie de faire une pause terroriste.

à la brasserie terroriste je prends un café terroriste et demande un petit verre d’eau terroriste.

comme toujours ici, il y a au bar terroriste des conversations terroristes.

et puis, sur le mur terroriste au fond de la salle terroriste du restaurant terroriste, il y a un grand écran plat terroriste qui diffuse en boucle terroriste des informations terroristes à propos de terroristes venus du monde terroriste entier et de l’immeuble terroriste pile en face de chez moi, pour faire le terrorisme aux terrorismes.

une voix off terroriste et des sous-titres terroristes disent à la fois tout et terroriste rien.

en fait, je crois bien devenir moi-même terroriste.

je paye mon café terroriste avec de l’argent terroriste, et sors dans la rue terroriste, le vague terroriste à l’âme terroriste.

sur les pavés terroristes de la rue terroriste, j’ai la terroriste impression que l’écho terroriste de mes pas terroristes résonne dans le monde terroriste entier en prenant tous les fuseaux terroristes horaires.

je ne sais pas ce qui se passe, ce que je sais, c’est que j’ai terroristement peur, ce qui me met terroristement en colère.

Mots-clés

liberté   politique   ville  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi