…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 2

mise en ligne : samedi 14 février 2015

 ? février 2015
nuit

Ce sont les phrases qui viennent quand il ne faut pas, quand il est impossible de les noter, de les mémoriser, impossible de les dire même, les prononcer à voix basse n’est pas permis non plus, le lieu n’est pas celui qu’il faudrait et qui est autour empêche, il faudrait attendre avant de dire, ou avoir dit plus tôt, le silence seul reste, cette solitude exagérée où rien ne permet de dire, le geste d’écrire est interdit, les phrases terminent renvoyées d’où elles viennent c’est à dire au rien, à la fluctuation endormie, à la tête lourde, au silence bourdonnant et sifflant d’une chambre éteinte, fond sonore toujours présent, résidu du tapage de la ville, dernières traces du jour, des décisions prises, du chemin emprunté et de tous ceux abandonnés, rémanence du soleil, des vagues gravitationnelles, perception du nuage de Oort qui nous isole, nous maintient, brouillard de la pensée et ces mots qui ne le franchissent pas, parce que le moment n’était pas celui-là, le lieu pas exactement celui qu’il fallait, et les mots s’ils avaient été dits, auraient pu parcourir les années lumières jusqu’au nuage gelé d’où viennent les comètes.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

nuit   paradoxe   écrire  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi