…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 3

mise en ligne : dimanche 15 février 2015

 ? février 2015
nuit

Il faudrait pouvoir toujours être prêt à rejoindre celui qui s’apprête à se rendre, au moment où ses jambes tremblent, avant que ses genoux ne fléchissent, que son cou ne se rompe sous l’heurt du renoncement, dans cette nuit d’isolation au pied des immeubles aveugles, sous l’éclairage orangé comme sous des miradors, il faudrait pouvoir le rattraper par le bras avant l’ultime secousse, ce tremblement de la pensée qui provoque toute la déliquescence de l’action, l’irréversible lâcheté, il faudrait pouvoir lui souffler des mots choisis, des mots qui soutiennent comme le peuvent la main et le cœur, et ne pas se tromper de mots pour ne pas altérer le fragile redressement de l’homme qui était perdu la seconde d’avant, prêt à se rendre, à se vendre, à s’offrir même, tout entier, prêt à se disperser sans laisser la trace de ce qu’il était avant, il faudrait pouvoir être toujours prêt à venir là, à ce moment-là, près de quelqu’un comme ça, empêcher sa débâcle et, étant solidaire vraiment par ce dernier recours, empêche aussi la nôtre.

 

*

Cette nuit est aussi à écouter ici.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

nuit   ville  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi