…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 5

mise en ligne : mercredi 18 février 2015

hiver 2015
nuit

Le bruit d’un moteur qui s’approche et s’éloigne, le point entre ces deux bruits le plus proche de nous, les ondes ne mentent pas, l’eau du fleuve reste constante et silencieuse ou presque, les piliers du pont la brisent en légers clapotis, si légers par rapport aux tonnes de béton et aux tonnes encore plus abondantes du fleuve, venu de si loin et d’il y a si longtemps, il charrie les millions de nuits contre des rochers qu’il finit toujours par effacer ; il n’y a pas toujours eu des hommes, le discret bruit de flaque de l’immense fleuve plus noir que le velours des masques nous murmure qu’il n’y en aura pas toujours, sur ses rivages boueux d’un lendemain de crue, de ces humains qui font leur jogging, qui cuisent des brochettes ou jettent dans le courant l’aluminium de quelques canettes qu’il usera plus vite que d’autres en verre ; mais il y aura toujours des nuits, des nuits de plus en plus longues, parce que la vitesse de rotation de la Terre diminue, parce que la Lune s’éloigne, parce que c’est comme ça, la Terre s’arrêtera de tourner, on l’a tous imaginé, ça n’arrivera peut-être pas de cette façon, pas exactement, parce que le Soleil se sera transformé avant cela, brûlant la Terre, l’englobant dans son volume délirant de géante rouge ; oui, après toutes ces nuits, de plus en plus longues, quand un côté sera brûlé et pas l’autre, on se dira que c’était bien trouvé, que la Lune s’éloigne, préservant ainsi une longue nuit, nous offrant si nous y sommes encore, une face cachée où attendre le dernier jour inhabitable et la première nuit éternelle, la nuit éternelle et fraîche, sans Lune, avec seulement la lueur rouge du Soleil sur le point de manger aussi cette nuit là.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

paradoxe   Paul Verlaine   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi