…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 10

mise en ligne : jeudi 26 février 2015

 ? février 2015
nuit

Ne pas pouvoir s’endormir, fin soubresaut d’angoisse, peur d’étouffer qui nous réveille au dernier moment, sensation de chute propre à certains rêves, alors ouvrir les yeux, reprendre souffle, cet état d’esprit spécifique à la nuit, sans raison, quand les fantômes peuvent soudain exister et transforment le sommeil en néant, il n’y aura pas de réveil et une petite chose qui serait habituellement, la journée, une chimère, devient la nuit une loi qui nous serre la gorge, écrase nos poumons, c’est à ce dernier moment, quand les muscles se relâchent, les épaules s’enfoncent, quand tout notre corps s’alourdit, comme il s’alourdira, un jour, une dernière fois, ce dernier moment de chute nous réveille en sursaut, comme il ne nous réveillera pas, ce jour, cette dernière fois là, on ne sait pas quand, pas encore, alors, là, comme toujours, ne pas dormir devient une survie, et la nuit avance et cherche à s’abreuver de ce que nous rejetons, et plus nous luttons plus la nuit avance et commence à lécher nos angoisses, à téter nos peurs, et, tremblant, quand le sommeil a envahit tout le corps, c’est vidé que nous abandonnons demain à la nuit.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

corps   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi