…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 15

mise en ligne : samedi 7 mars 2015

février 2015
nuit

Quand les yeux se ferment sur un trop dit, épuisé d’avoir trop dit, comme si le trop dit débordait, jusque sur le possible encore à dire, comme si ça l’éteignait avant qu’il ne soit prononcé et pire que ça, comme si ça recouvrait aussi le déjà-dit, comme si les paroles de trop venaient gâcher à rebours ce qui a déjà été dit, et puis aussi la honte de ça, de trop dire, et le dire encore, cette honte, par-dessus son objet, tout ça déteint sur ce qu’on a pas encore dit et le rend impossible à dire, tout ce qui vient d’être dit est aussi impossible, ne peut plus être dit, ni entendu, effacé dans la mémoire, rumeur qui reste seule, à prouver, et le trop dit continue d’enfler et de gâcher les belles paroles dont on se souvenait, dites ailleurs, on entend plus rien du passé, c’est pas l’oubli c’est pire : ça remplace, c’est écrasant dans tous les sens cette vie de paroles à pas écouter.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

voix   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi