…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 21

mise en ligne : mardi 24 mars 2015

février 2015
nuit 

Il faut être Jupiter pour être visible dans la nuit de la ville, la plus grande planète du systeme solaire, tempêtes de gaz et masse déformant l’espace-temps, tellement que des sondes spatiales l’utilisent pour s’accélérer de plusieurs dizaine de milliers de kilometres par seconde, normal pour qui gouverne la terre et les cieux, il faut être cette énormité de champ gravitationnel pour être vu, en ville, la nuit, et encore, il faut du temps clair et non pollué, c’est dire si dans les tunnels, sous les piliers des ponts, la tête sous les couvertures, les cauchemars plein les cheveux, derrière un mur ou devant, dans les sous-sols et sous les toits, partout, c’est dire si l’on ne voit rien, là où l’odeur des corps se mélange à celle des rails, des pierres humides ou des rats, là où rien n’est complet, là où tout est menacé de corruption : couleurs, bruits, odeurs, rêves ; chaque matin c’est se sentir un peu plus pourri que la veille, toujours un peu plus, et remercier l’hiver et la chance, et ce qui reste de nuit, dehors, à l’heure où les trains repartent, maudits dans les sommeils, les trains et les voitures, avec leurs occupants et le patron qu’ils vont rejoindre pour mieux l’embrasser, et grimper par l’ascenseur jusqu’à un dernier étage hypothétique, toujours si loin, malgré les apparences, de Jupiter, qu’on parviendra bien aussi à polluer, un jour, si ce n’est déjà fait, pour Jupiter plus moyen de nous ignorer, même si elle ne nous voit pas, à travers nos brouillards, nos idées confuses, enfin,
on en sort pas, de soi, même à crier sur les glaciers, l’écho est toujours celui d’une chambre close, même à refaire le puzzle de sa vie avec les pièces qui manquaient, c’est chaque matin se réveiller au-dessus de Solaris quand parler aux autres, c’est parler à soi, une référence pourrait aider, traverser, souder ou dissocier, être pivot voilà, on tourne autour de soi, Jupiter fait pas mieux au fond.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

nuit   Andreï Tarkovski   ville  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi