…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 24

mise en ligne : mercredi 1er avril 2015

février 2015
nuit

On ne respire pas, la nuit, il y a trop à craindre qui de notre expiration naîtrait : fantômes, dépeçages divers, émiettement des désirs. On recopie les dates, on aime les années où des têtes sont tombées, les rivages abordés, sans savoir où sont les molécules de ces temps, ici toujours mais modifiées, dispersées, recomposées — il y a 143 ans un dieu de Rapa Nui eut la tête tranchée, sa tonne [1] est maintenant au musée de l’homme, c’est son nom et sa ville est un musée à elle seule, devenue fausse, avec encore des vrais corps dedans, mais pour combien de temps – il en restera un, au milieu des touristes, un homme véritable sachant quelques noms de rues, et qui rêvera dans le rêve d’un autre qu’on ne se bat pas pour enrichir les tyrans.

[1] en réalité 4 ou 5

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

nuit   génocide  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi