…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Réécriture du Code Général des Impôts par caviardage.

mise en ligne : samedi 2 mai 2015

30 avril 2015

Je m’amuse depuis quelques jours à suivre la consigne d’écriture imaginée par @quitusais, en précisant la contrainte comme suit :

Écrire 14 vers libres en caviardant le Code Général des Impôts.

Autrement dit en prélevant, dans leur ordre d’apparition, certains mots d’un ou plusieurs articles du CGI ; un ou plusieurs parce que certains sont très courts.

C’est à dire qu’on imagine noircis tous les mots non-utilisés, opération de censure (caviardage) laissant apparaître la forme d’un poème express [1] ; et j’organise ça en 14 vers façon sonnet. On peut ensuite augmenter les contraintes : rimes, répétitions, assonances, octosyllabes, alexandrins… si l’on en trouve.

Variante de cette définition, écrite selon la contrainte, et à partir des articles 1 et 4A [2] :

 

Établi sur le nom d’impôt
frappe le déterminé
opté pour le régime
conditions prévues

modifié et actions
régime de l’exploitation
onéreux de toute nature
conformément aux 14

sont retranchées les considérées
principal ou non centre du pays
sauf preuve

abrogé au nom
le présent code
étalon par décret.

 

 

[1] Comme chez Lucien Suel, ce qui est différent de découper et coller, parce qu’on peut modifier l’ordre des mots comme chez Mathilde Roux.

[2] Il n’y a pas d’articles 2 et 3 dans le CGI…

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi