…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 35

mise en ligne : jeudi 14 mai 2015

Une lettre écrite de nuit, l’enveloppe déjà prête ou le bouton Envoyer tout proche de l’index, les mots les plus importants sont posés là, à l’heure où le destinataire est du domaine, on ne sait pas, sans doute du fantasme, ou de la peur, de l’imagination, mort peut-être ; il y a urgence à écrire à cette heure, quand nous-même sommes imaginaire, chimérique, supposé, écrire nous rendra présent dans cette ombre, grâce au support blanc qui repousse l’obscurité, écrire dessus c’est être en contact avec la seule lumière possible, par la seule chose au monde nous y reliant et qui soit à la fois esprit et corps : les mots ; quand tout notre être est perdu dans le noir, c’est ce qui peut faire tenir, écrire est cette urgence, l’abandon dans l’adresse est complet, l’envoyer de jour n’aurait pas de sens, ne resterait de lisible que la folie, et pas tout le désir qui l’a poussé, cette lettre il faut qu’elle soit lue de nuit également, dans la lueur la plus faible possible, tout éteint et l’éclairage seul d’un lampadaire depuis la rue, à travers les rideaux, étant idéal, pour que d’ombre à ombre, le mince espace de vérité soit seul à flotter sous les yeux, comme il l’était au moment d’écrire la lettre, entre ces deux points distants dans le temps et l’espace ; ce lien.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

distance   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi