…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Homer Vador & Dark Pécuchet

mise en ligne : vendredi 26 juin 2015

22 mai 2015

J’ai vu quelqu’un dans le métro porter un T-shirt "Doh !" représentant Homer Simpson. Je me suis dit que le type portait ça "au premier degré". J’ai du mal à imaginer que cet homme barbu dans la trentaine n’aime pas le personnage d’Homer Simpson, n’aime pas les beignets et la bière, ne se considère pas lui-même comme un gentil idiot. D’ailleurs on les connait, parce que c’est nous également, parce que c’est presque subversif d’être Homer Simpson et de se ficher de tout ; quand le seul personnage réellement subversif de la série est Lisa qui utilise la connaissance pour lutter contre la bêtise de personnages qui ressemblent à son père, souvent doublée chez ceux-là d’une méchanceté que celui-ci ne connaît pas. Ce T-shirt est une revendication d’être ce personnage plein de bonne foi égoïste qu’est Homer Simpson, indécrottable ignare, paresseux…

L’imbécile heureux, c’est aussi le slogan Mac Donald "venez comme vous êtes", qui implique "et repartez comme tel, on ne vous changera pas". Ne bouleversez aucun ordre.

Je retrouve pareil engouement paradoxal pour le personnage négatif de Dark Vador-Darth Vader, aimé parce qu’il est puissant, méchant, invincible, et possède ce look inimitable et gothique, qu’on dirait aujourd’hui "badass". [1]

Dans les deux cas on appelle ça de la "contre-culture", parce que c’est aller à contre-courant que d’aimer un personnage négatif, parce qu’il n’est pas tendance d’aimer les happy-endings et les héros positifs ; puis-je y voir le capitalisme célébré ? La bêtise, la vulgarité, l’égoïsme et la puissance étant parmi les traits les plus distinctifs de la bourgeoisie et de son système, notre Empire moderne a créé ceci : des sujets fiers d’être des imbéciles et/ou des méchants. Et entendons-nous bien : Homer Simpson et un personnage formidable, une création géniale, au même titre que Bouvard et Pécuchet dont personne, à ma connaissance, ne souhaiterait porter la casquette.

(Heureusement, il reste quelques enfants pour se déguiser en Spiderman et Wonder Woman…)

[1] Son geste de sacrifice ferait de lui une sorte de Jésus-badass, selon une interprétation que relaie Wikipédia, sa disparition permet de mettre fin à la lignée des Sith. Mais je n’aime pas Jésus non plus. Quant au mot badass, il est significatif de ce mouvement d’aimer le mauvais héros, d’apprécier le crime, et cela au premier degré parce que c’est esthétique. (Développements à faire sur l’esthétisme de la violence chez certains réalisateurs…)

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi