…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 49

mise en ligne : mardi 14 juillet 2015

Rencontre de hasard, la rangée des lampadaires et plus grand monde à cette heure, quand on ne croise que des solitudes qui rentrent dans leurs murs, et celui-là qui te parle sans que tu l’aies même vu, c’est sa voix d’abord et ensuite seulement tu tournes la tête et tu le vois quand il t’a déjà accroché le bras et le regard après l’écoute, le voilà dans une longue phrase sans fin qui va et vient entre maintenant la pluie et jadis son pays et toi quel âge tu as, ah comme moi il répond, et ton pays tu viens d’où c’est quoi, ah j’aurais pas dit ça, et il te parle de demain quand il sera sans femme comme aujourd’hui et que les prix, mais où va-t-on, et l’ambiance de guerre partout et son ticket de métro qu’il a perdu mais il s’en fiche il marchera, tant pis pour la pluie, il y aura peut-être une femme avec un parapluie et il fera quelques pas dessous avec elle, quelques rues le temps de la faire rire, parce que le rire c’est tout ce qui nous reste, d’après lui, mais toi tu as peut-être un train ou quelque chose il te demande ce que tu fais là si tard, bientôt rentré peut-être, plus que quelques rues, il ne sait pas, une femme peut-être il suppose, devine et la décrit, en décrit une autre et une autre encore et la pluie continue, il dit que c’est pour toi, pour vous, la pluie, et la nuit, et ces femmes qui ne sont pas là, et il parle et il pleut toujours et il te tient toujours le bras en riant, et tu ne t’aperçois pas, à un moment donné, après que ton flux de pensées a rejoint celui de sa parole, qu’il a disparu, qu’il pleut et que tu es seul.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi