…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 59

mise en ligne : vendredi 28 août 2015

Nuit de panne de courant, rues noires, appareils éteints, repos des machines, un silence en plus, et le corps aux aguets, à cause des meubles noirs dans la nuit de l’appartement, à cause des échos des solitudes qui arrivent par la fenêtre et par à-coup, et puis plus rien pendant de longues minutes noires, à cause de l’exceptionnel qui brise ce qui coulait de jour en jour ; être sur ses gardes : que pourrait-il se passer ? Quoi, après la fin de la lumière ? Quoi de plus terrible — forcément plus terrible — après ? Un tremblement de terre ? Un accident nucléaire ? La disparition de la Lune ? La fin de la rotation terrestre ? Sa mort ou la sienne ? La mort de tout ? Ou la fin de la coupure et le retour à la normale ?

Toutes les images disparaîtront. [1]

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

Annie Ernaux   ville   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi