…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 62

mise en ligne : vendredi 18 septembre 2015

Récurrent, oublié, souvenu dans le rêve seul, faux déjà-vu intégré au mensonge du rêve, qui révèle mieux qu’une tornade magique, labyrinthe sans chemin, jeu de piste à boucle de circuit, trajet, corps qui durcit comme la pierre ou l’os, poursuivi ou poursuivant, regard depuis les hauteurs, chute identique à l’envol et la pierre os du corps casse, plongeon puis étouffement, rues inconnues, angoisse de se perdre, corps nu effrité dans un virage l’été, poussière sur les doigts, falaise humide et encore le plongeon du corps madrier, respiration explicite de la montagne de faïence, des jambes de fer coton mou et le regard désapprobateur de frères de pisse dans des grandes toilettes sans cloison d’hypermarché sans caisses sans clients que ces regards oubliés à peine embrassés et battus, et des questions comme un clou sec cassé sur le mur de la vie.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi