…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 64

mise en ligne : samedi 26 septembre 2015

Il était tellement sûr de lui, tellement plein de ce qui rempli l’espace de certitude, que sa voix est encore là, en nous, la nuit, à nous étouffer de son ton d’évidence, à nous marcher dessus de son pas patent et lourd, à nous répéter encore et encore son bien à lui, ce que c’est, et comment il a raison, cette raison qu’il étale en tant qu’il est je, et pour lui il n’y a rien d’autre au monde que ce je, tous les autres qui disent je disent sans le savoir son je à lui, il est là, lui, pour prendre le je des autres, il parle d’une manière qui rend universelle et intelligente sa bêtise particulière, et il transmet cela, il transforme ses auditeurs, tous les autres deviennent son je, avec cette violence d’organisme qui ingère d’autres organismes, il répand ça qui est sa substance d’autant plus facilement qu’il est seul à parler, je le laisse parler, je est dans le vrai, alors quoi de plus normal que s’endormir avec la seule voix qui vaille ?

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

voix   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi