…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

nuit, 65

mise en ligne : dimanche 27 septembre 2015

La chaleur disparaît peu après le soleil, un type de long en large sur le trottoir autour de l’arrêt de bus où à cette heure plus aucun bus ne s’arrête, parle, à quelqu’un que je ne vois pas, qu’il est le seul à voir :
Alors t’as acheté une pastèque de savoir et elle t’a explosé au slip ? Et le gendarme général alors, il va pas t’écouter ça passe pas la radio ça, ton pantalon en brindille ! Arrête de me parler maintenant et reprends ton cirage à lino gueule de bois de fer on va pas suivre le même chemin de vitraux en céramique tu penses à maman ou pas ? Paf, explosion comme ça, tu sais je te suis pas moi je suis loin devant l’orfèvre des galons, au pas des églantiers, une deux. Barre-toi je te dis maintenant, et la pluie des chaussettes avec je veux pas de tes cigales merde ! 

 

*

Cette nuit est aussi à écouter ici.

Vous pouvez commander les Nuits, dans une version manuscrite par l'auteur, et expédiée par la poste.

Cliquez ici pour commander cette Nuit et en savoir plus.

Mots-clés

ville   nuit  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi