…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Dire ou écrire

mise en ligne : vendredi 30 octobre 2015

1er octobre 2015

Surtout bien se garder (Guillaume Vissac) de toute forme de narration – tout prendre dans le jus initial – garder comme ça sort comme ça vient.
— lu en passant chez Seb Ménard

Récemment quelques livres lus dans lesquels est expliqué ce qui est écrit. C’est à dire que c’est écrit, puis c’est expliqué dans une phrase ou deux, supplémentaires. Dans un passage angoissant, il est écrit ensuite noir sur blanc que le personnage ressent de l’angoisse, alors que celle-ci était déjà très bien passée par le texte. Ou alors ce qui se passe est dit sans être montré, en quelques lignes est envoyé un moment de basculement de la vie du personnage, à coup de verbes à l’imparfait au lieu de décrire en quelques scènes vivantes qui nous permettrait de comprendre en voyant, c’est dit comme le dirait le synopsis du à écrire ; là, ce qui aurait pu être écrit est expliqué. Et puis dans une critique d’un de ces livres, je retrouve précisément les passages d’explications, comme faire-valoir, et me dis que, évidemment pour un critique, c’est de l’or, de trouver ça dans le texte, le boulot est fait ! À peine besoin de lire. Mais il me semble que la signification du texte doit être laissée au lecteur, qu’elle en devienne, pour lui, personnelle, et que cette nécessité interdit de mettre la moindre indication de ce qui est écrit, qu’on ne lui impose rien ; à travers ce qui est écrit, quelque chose passera, on ne sait pas quoi. Cette liberté doit être laissée au lecteur et cela impose d’en dire le moins possible, parce qu’il faut écrire.

*

Le lent travail d’élever des montagnes…

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi