…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Transchoquer

mise en ligne : lundi 2 novembre 2015

28 octobre 2015

Le drame, c’est qu’il y a toute cette pensée, bruyamment relayée, qui se prétend transgressive (avec le bouclier magique du "second degré" concernant "l’humour", enfin ce qu’ils appellent là : "ironie"), qui choque mais ne transgresse pas, tandis que ce qui transgresse réellement, non seulement ne choque pas, mais passe inaperçu. Par exemple, aujourd’hui, concevoir une pensée politique basée sur la nationalisation des services publics, des grandes entreprises, des banques, ne serait qu’une idée politicienne de plus noyée dans le flux des déclarations, communiqués et démentis, annonces magiques de renumérotation d’une République pourrie jusqu’à la moindre loi, goutte d’eau dans l’océan de messages et d’images qui ne provoquerait aucune réaction, inutile, laisser parler il ne restera rien, ou prendre de l’avance et ne pas la dire, ne pas la signaler, cette pensée, ni la révolution que cela serait à mettre en place.

*

Et puis il y a cette espèce d’attente de l’autorité salvatrice, pleine d’espoir et de lâcheté, ce silence qui précède les dictatures. Et regarder les corps tomber comme on attend la fin des bandes annonces au cinéma. C’est quand, le film ?

 

Mots-clés

Révolution   politique   liberté  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi