…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Gautier, Virginie. Ni enfant, ni rossignol.

mise en ligne : mardi 24 novembre 2015

p 26
Décrochage des amarres qui retenaient l’embarcation à la rive. Le sol bouge un peu mais surtout se déplace. Sur l’îlot flottant l’adolescent a commencé un ouvrage, sans savoir. Isolant un geste. Celui de tordre et de nouer. Répétant un nœud sur toute une longueur. Il enlace les tiges, des chaumes, des petites branches. Tout ce qui veut bien se tordre sans rompre, il l’attache. 

p39
Ravissement. C’est un état de bonheur qui fait oublier tout le reste. C’est un enlèvement de force.

p40
Ils sont au centre de quelque chose que les autres ignorent, cela fait d’eux des éclaireurs mais aussi des étrangers. Leurs silhouettes sont lointaines tandis qu’ils notent, impassibles, ce qui a changé depuis l’année dernière. Les déplacements de douves et des chenaux, ds herbiers de potamots. Les zones colonisées par les plantes envahissantes.

Le lac c’est le contraire d’une île, une contre-île. Un vide entouré d’un plein.

p53
Avec la peau des lèvres pour goûter le dedans de la bouche. L’endroit et l’envers. Se plier aux replis. Fermer et ouvrir tour à tour les yeux, les mains, les petites fentes des tissus pour y glisser les doigts, trouver la peau. Flotter doucement. Si tanguer s’apprend.

 

Dessin extrait du livre, par l’auteur.

 

 

Virginie Gautier. Ni enfant, ni rossignol. Joca Seria, 2015.

Mots-clés

Virginie Gautier   Nantes  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi