…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Quinze haïkus du Nord

mise en ligne : jeudi 4 octobre 2018

28 mars 2016

La lecture du beau et émouvant Dérives dans l’espace temps [1] de Lucien Suel, me ramène dans le Nord, et donc Village, et les demi-poèmes existant dans le texte, et ceux écrits depuis ici et . Alors pourquoi pas quinze haikus ? La forme choisie est 5-5-7, sauf pour le vers du milieu qui donne un haïku central classique en 5-7-5. J’ai ajouté un mélange de terminaisons féminines et masculines pour chaque haïku (donc au moins 1 terminaison féminine si 2 masculines, et réciproquement).

texte publié le 31 mars 2016, recouvert partiellement de patine puis restauré le 4 octobre 2018 grâce au soutien.

*

La poule d’eau noire
Ruisseau de printemps
Glisse en virgule incertaine

Châtaigniers et chênes
Racines dans l’eau
Noires étrangetés — soir

Une route noire
Bitume, elle aussi
Porte au large les voitures

Pigments de vert, bleu
Blanc, jaune — ensablés
Du plastique dans la Manche

À l’horizon calme
Grise éclaboussure
Vague de dix mètres — loin

Cascatelle d’eau
Sur le paysage
Un train à Rang-du-Fliers

Violette des dunes
Mer vaporisée
Le sable fouette les pieds

Les mouettes basculent
En nuée désordonnée
Cris de gorge au bec

Les pignons sculptés
Bâtiments du centre
Commercial fermé — béton

Aller vers le vert
Où les murs sont rouges
Face à l’intérieur des terres

Le vent fait tourner
Les trois blancs pétales
Fleurs géantes de métal

Les villes d’avant
Les vitres cassées
Abandonnées — les usines

Encore des champs
C’est la saison verte
Brillante, humide, et si courte

Un panneau bleu blanc
Au bord des pâtures
Et des champs, en dit la fin

Pylônes et rails
Partout des rocades
C’est la ville qui commence

[1] Chez Qazaq, il existe une lecture de l’auteur via L’aiR Nu.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi