…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Ode au ménage

mise en ligne : mercredi 1er juin 2016

à charnière coudre au bord des éponges escarpées au regloutis des tuyaux en linge immobilier assiettes balais d’un pare-brise d’artères dans le pain souffle pensée près du criroir à poussière mangée c’est le froidi d’ouvre-conserve emportant midi frissant au regard poudre étiquette d’âme bouton-pression complétude revers du sommeil coiffé à gonfle tue-tête pendant la réversion des appétences sur le flanc léché d’un loup peluche rasée vrille-pâquerettes tant que tu veux le nez dans les penderies intentions mousse de bière raclée à lame digue volonté cut jambes coton dans l’escalier sans grenier compresse lacrymo démocratie rentrée aux parallèles des surfaces optimistes laitue huile d’olive croûtons digestion en rappel du sortir d’un ventre mort perdu découper la baudruche de mémoire respirer la vaisselle en éclat d’ambition placard pliés pliés pliés fer à subujguer clic clac des renfermetures fécalité d’ombre au frottu faïence frimant souche microbienne frénétique au calcaire sulfurisé magazine à tête dans le cul froid pour matin cycle défroissage du désir et plonge ville à récurer les rencontres à l’usure du vernis nœud bouton zip zip et serre la gorge en poignée de go back home hop cintre respiration tuyau chair gazée extérieur extérieur tout monde dedans miroirs six faces âmes rebondissantes comme les glaçons crinquent cristal molécules molestées au crâne corps du corps ménage carrelage impliqué complice poussière flotte au sirop glaive des ongles échardes fibre peau interface sans mise à jour écran écoulant sa brillance salée en connexion chance au clic la lueur des serveurs californiens sur les paupières sommeil de distance et de questions pièce détachée commande et vidéo nuit d’autres peaux d’autres connexions d’autres peaux d’autres pixels sur mille regards d’autres questions d’autres distances et couper et l’heure et la nuit légère volet léger frisson d’écume ampoule grise collée d’ailes moucherons de passage au plafond privé et chut et bilibip déjà dégueulis fringues à sentir lambeaux restes d’autres journées à tambour d’eau d’évier siphon argouillis notre gosier gravillon meubles bouches tuyaux bouches vaisselle bouche tout objet tenant du langage à notre place rincer rincer trois fois d’eau clairvoyante alors rincer les corps essorés et le parfum des cheveux secs brûle poils et mousse de radiateur trop plein au thermostat du goût clic la terre enfonce l’engrais clic mémoire rugueux décomposé parquet frotté moutons gris volant par les fenêtres clic battantes oubli vissé par retard sur les poignées grippées arthrite domestique réseau câlinaire pulpe frôlée granule d’orange presse le jus des yeux circulant sur périphérique des rails du sujet tourne-pot plic ploc plic compote de regards ploc regrets rempotés graine de relations ramifications quantiques au gré des vagues d’épaules haussées comme en tribune du match rejoué rejoué disque dur bègue sauvegarde des émotions pioche un hasard horoscopique pour rengainer la bonne toile cirée où pèse à la déformer un système éprouvé éprouvant éprouvette système à tester culture des possibles éclosion anti-calcaire curer réduire recuire le cul des forêts de fourchettes plantées sur le dos des mains morveuses au coin du four bouillant rampe branlante escalier du jugement moquette aller-retour paillasson de l’habitude frotte et frotte n’usera jamais la vie à charnière coudre au bord des éponges

Mots-clés

objet   corps   liberté  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi