…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Pas loin

mise en ligne : vendredi 3 juin 2016

18 mai 2016

Il y aura un mort, l’accident au bord de Seine déjà passé pas loin d’une noyade, à escalader le pont dans le dos des flics, ça n’aurait pas été tout à fait un accident, ça n’en sera pas un, je vois les vidéos de gazages à bout portant contre une ligne de personnes calmes, une perversité, et puis la présence inutile, depuis le début, des policiers, depuis le mafé renversé.

*

La boulangerie salon de thé qui passe maintenant RTL assez fort jusqu’après 9 h. C’est nouveau et dommage, ça me gâche un oloé où le wifi est bon.

19 mai

Pas besoin de casser les DAB pour le symbole, non, il y a déjà un piège devant chacun d’entre eux, sur le trottoir, un piège patient, cette petite flaque d’eau, ce sol creusé retrait d’argent après retrait d’argent, et qui grandit un peu à chaque nouveau retrait, qui se creuse et engloutira un jour le client venu retirer un peu d’argent, encore un peu d’argent, et puis tous les clients tomberont dans le piège dans ce gouffre sans fond creusé patiemment par eux-mêmes, et il faudra bien alors se passer d’argent, de la monnaie, de ces chaînes-là.

25 mai

L’oloé bleu indique depuis quelques jours qu’il est en travaux. J’étais déçu et puis ce matin il est ouvert quand même. Dedans il y a un tableau, signé de 1998, qui représente un oloé bleu, le même, même chaise en paille, même porte vitrée, même rideaux, et même tableau qui représente un oloé bleu avec une chaise en paille, une porte vitrée, des rideaux et le tableau d’un oloé bleu etc. Dans cette série je me demande à quel niveau d’abyme se situe la table bleue où j’ai posé mon carnet rouge.

Je pose mon stylo, regarde le Journal filmé 3 d’Arnaud de la Cotte, qui dure 8 minutes et 7 secondes. Et je respire en me disant que des formes continuent de se créer, dans ce monde.

 

Image : Portrait d’Arnolfini, par Van Eyck. Londres, National Gallery. Source : Wikimedia

Mots-clés

Van Eyck   politique   Arnaud de la Cotte  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi