…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

D’un café l’autre

mise en ligne : mercredi 29 juin 2016

30 mai 2016

Au café du théâtre, deux jeunes femmes préparent une pièce classique — j’entends le rythme des alexandrins scander leurs échanges sur comment jouer le rôle et mettre en scène. Pas de radio ici, ni d’écran de télé.

8 juin 2016

Dans le salon de coiffure, je vois mon reflet sur le grand miroir. J’y vois aussi, dans les autres miroirs du salon qui s’y reflètent, six fois ma coiffeuse me couper les cheveux. Dans le sixième reflet elle les coupe en dedans du crâne. Un bus 175 s’éloigne deux fois simultanément dans deux reflets différents et en des sens contraires, l’un des bus est légèrement plus petit que l’autre ; quels passagers de quel reflet arriveront avant les autres ?

Le mouvement Nuit Debout dépassé par les structures syndicales traditionnelles, les grèves prennent le dessus, dans la force de représentation, il me semble. Objet indéniablement politique trop peu politisé ? Comment le dire… Vise un but louable qui concerne l’inlassable explication, mais je crois rate quelques moyens d’aller plus loin, pour le moment ; comment exercer ? Ces moyens se trouvent dans les syndicats à leur place, la défense des salariés face à une loi qui les vise directement, mais où se trouve le parti qui pourrait, d’abord à travers le cadre pourri de la Vé République se faire une place ? Peut-être que tout doit se faire depuis ces outils, partis et syndicats, outils à réinventer de l’intérieur, peut-être aussi qu’il est trop tard pour ça.

14 juin 2016

La grossière diversion des vitres brisées de l’hôpital Necker. Fonctionne sur beaucoup, parlent de "saccage" sans parler de celui du service public de soins, comparent trois vitres étoilés à des réformes d’économie sur la santé.

31 mai 2016

Oloé imprévu. Écran RFM Clip. Tears for fear, Sowing the seeds of love, chemises et effets spéciaux années 80, bouche énorme et dents blanches du chanteur, sa coiffure. Étonnant souvenir presqu’intact de ce clip oublié du Top 50, musique et image, à la différence que je comprends les paroles que je ne comprenais pas quand j’avais treize ans. Impression étrange, que je ne pourrais pas revivre l’instant passé, à cause de la langue que je ne peux plus ne pas comprendre, et cela modifie complètement le souvenir. Quelque chose s’est perdu.

Extraits :

Could you be could you be squeaky clean
And smash any hope of democracy ?
[…]
Politician granny with your high ideals
Have you no idea how the majority feels ?
 
— par Roland Orzabal et Curt Smith, 1989. Clip par Jim Blashfield. [1]
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi