…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Une station en avance

mise en ligne : vendredi 22 juillet 2016

12 mai 2016

On peut me voir descendre brutalement du métro, une station en avance parce que, cela me frappe alors, ça va peut-être sauter à la prochaine et puis je peux bien marcher tant que je suis en vie, non ?

*

29 juin 2016

Facebook et ses "souvenirs" me rappelle ceci, un vieux statut oublié, qui remonte à la mémoire de la machine :
Penchée à sa fenêtre du troisième étage, une femme, téléphone mobile en main, regarde les nuages à la recherche de réseau, à la recherche de quelqu’un.

*

Il ne faut pas laisser le vote Leave, comme le Non en 2005 ici, aux mains des conservateurs, réactionnaires, racistes, et dire ce qu’il est, un vote de classe, et le promouvoir comme tel, le social contre le libéral, le service public contre les privatisations, les travailleurs contre la finance, classe contre classe. Je vois trop à gauche les défaitistes prendre acte du vote dit repli, dit anti-européen (sans dire anti-UE), dit xénophobe, trop facilement ils versent dans ce côté préconisé par les médias et les perdants (c’est à dire les partis au pouvoir, qui ne perdent en fait jamais), ils ne s’occupent finalement que de ramener à leur cause des sympathisants, une cause sans contenu, voire même à un contenu si vide qu’il aspire à lui le contenu raciste en l’admettant, en le reconnaissant. Ils reconnaissent une victoire à ces adversaires et ce faisant font preuve d’une lucidité malheureuse en n’agissant pas après ça, bras croisés à ne pas prendre en charge le contenu de classe du vote. Jeremy Corbyn a fait campagne l’an passé en apportant plus d’adhérents au parti en quelques mois qu’en dix ans, son élection a été un espoir pour les travailleurs anglais de voir au Labour un chef de leur côté. Et tout ça pour quoi ? Ramener au Remain ceux qui l’avait élu ? Nasser par la gauche en faisant mine d’ouvrir la voie, c’est pourtant à lui aujourd’hui de porter le Leave et de défendre ce vote de classe sans quoi il laisse la place aux xénophobes dont le projet social est par ailleurs inexistant, c’est à dire qu’il les sert eux et l’UE à la fois. Je vois ces statuts, ces articles, ces commentaires, de gens "de gauche" qui se désolent et rendent responsables les électeurs de la voie ouverte aux xénophobes : mais c’est eux-mêmes qui leurs ouvrent la voie en n’organisant pas le fruit du vote à des fins sociales. Les jeunes et les ouvriers se sont détournés de ce vote qui était une arnaque, car Remain ou Leave, il reste quelque chose au pouvoir : le système économique, les élites politiques habituelles. Ils se sont abstenus massivement et le vote Remain qui reste dans leur camp est minoritaire, ils l’ont fait malgré tout ce que peut en dire la propagande qui ne prend pas en compte l’abstention, utilise des iconographies bien comprises.

Mots-clés

politique   mort  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi