…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Oo

mise en ligne : lundi 1er février 2010

Province de Pnou (frontière avec Silma)

100 000 habitants

Ville à voir**

GÉNÉRALITÉS

Oron, fondateur d’Oo, naquit au milieu du XIe siècle d’une riche famille de marchands de bagues, chevalières, colliers, bracelets, couronnes, assiettes, sous-tasses, plats à tartes ronds de serviettes, tours, poulies, gonds, chapeaux melons, certains types de boutons, menottes, monocles, cerceaux, balles, globes terrestres, roues de charrettes, boulets de canon, bouées de sauvetage, pommeaux de hallebarde, roulements à billes, pièces et médaillons, tambours, rouleaux à prières, rouets, toupies, petits cabochons d’opale à jeter dans l’eau… Dès l’adolescence, il montra un goût pour les explorations équestres et c’est ainsi qu’il découvrit le plateau circulaire où il décida de fonder Oo. Oo fut tout d’abord le lieu de fabrication de l’artisanat familiale, puis devint une petite ville qui attira toute sorte de métiers, et d’envies. Les premières armes d’Oron furent défensives, l’endroit intéressait pour sa position et pour les ressources environnantes. Oron établit des places fortes stratégiquement placées tout autour d’Oo.

Oron II, un géant, tua son père d’un énorme coup de boule, avant que celui-ci n’épuise l’armée de la ville en construisant trop de tourelles, de murailles et de guets à son goût. Oron II décida des nouvelles frontières, stables, plus restreintes, qui ne changèrent pas au cours des plus de 600 ans de règne de la famille.

Vers 1660, celui qui aurait dû s’appeler Oron 30 se proclama Oron Ier Second Du Nom et décida, grâce aux nouvelles avancées technologiques en matière de transport, d’armement et de religion, de conquérir tout ce qu’il pourrait conquérir de son vivant. Il recruta une armée immense qu’il ne put nourrir et qui fut décimée par les batailles, la famine et les maladies. Il eut néanmoins le temps d’un peu faire gonfler la ville. Son peuple le renversa en 1680 et proclama la République. Celle-ci fut à son tour écrasée dès 1690 par Thilde d’Angrou qui restreint les frontières de la ville d’Oo proprement dite, rendant leur autonomie aux contrées conquises tant bien que mal par Oron Ier 2nd.

C’est aujourd’hui Huldime Monjeau III qui règne, accompagné d’un parlement sans réel pouvoir.

GÉNÉRALITÉS Oo est une ville où l’on descend plus volontiers à pied, tant les rues sont agréables : teintes douces, courbes des rues apaisantes, tourniquets pour les enfants, à même le trottoir car il n’y a pas de squares, on trouve aussi des commerces de négoce et d’import-export, Oo est aussi la plaque tournante des œufs de diodon. Au cours de votre promenade vous croiserez un nombre étonnant de tables rondes pour jouer au Go, à Otello, à Abalone ; installez-vous, jouez avec les locaux, l’accueil est chaleureux et l’esprit bon joueur, il ne vous en coûtera, curieusement, pas un rond. De rue en rue, vous circulerez immanquablement du nord à l’ouest au sud à l’est, en suivant toujours une rue différente et plus courte que la précédente, mais tout autant circulaire. Vous vous approcherez, en suivant cette spirale, du centre. Le centre est une grande place ronde boisée où le marché a lieu tous les deux jours. Tout autour de la place, les arcades marchandes ornées d’arabesques volutées et de rinceaux.

CURIOSITÉS

*** Le temple d’Oron Ier, Place du Royaume, Plan A, C3. Oron Ier le fit construire en 1050 par l’architecte Guarmide. Il est consacré à la royauté d’Oo qui dura six siècles (ou trente rois et dix reines). Vous verrez de loin ce dôme d’argent qui auréole toute la place du Royaume de ses reflets moirés. Il est soutenu par trente colonnes de marbre qui se terminent toutes en un cône pointu surmonté d’un ballon de pierre taillé, ce qui lui donne l’apparence d’une couronne. Chacun de ces trente ballons, mesurant un bon mètre de diamètre, est taillé dans une pierre différente : émeraude, diamant, agate, saphir, jade, lazulite, quartz, silex, ponce, malachite, opale, aigue-marine, béryl, onyx, zircon, citrine, orangine, alumine, marbrine bleue, lapis noir, lazuli ocre, merveilline, stupéfite, pierre de Lune, pierre de Soleil, pierre galactée, serpentine, translucine et radioactite. Derrière les colonnes, un mur d’enceinte crénelé de bosses rappelant des vagues et percé de dix entrées vous sépare d’un escalier rond dont les marches usées sont décorées de motifs ocellés. En haut de ces marches, sur le disque d’Oron, se trouve une immense rosace à quarante branches incrustée de différents marbres noirs si lisses et si purs qu’ils reflètent la voûte du dôme représentant le visage poupin du premier roi d’Oo. Au centre du disque, parlez ou criez, et profitez de la qualité exceptionnelle de l’écho.

* Les mines de Plicaste. Plan B, E5-E6, Bus n° 2. A deux kilomètres au sud de la ville se trouve le village minier de Plicaste. Thilde d’Angrou fit d’Oo une importante cité minière.

Mots-clés

ville à voir  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi