…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Persévérer

mise en ligne : vendredi 25 novembre 2016

23 novembre 2016

Une semaine après ce que nous avons proposé comme contributions lues, la vraie puis fausse libération d’Aslı Erdoğan et Necmiye Alpay, dans un mouvement qui prend de l’ampleur, depuis août, pour soutenir les prisonniers et prisonnières politiques en Turquie.

La situation est très grave, terrifiante et extrêmement inquiétante. Je suis convaincue que le régime totalitaire en Turquie s’étendra inévitablement, également sur toute l’Europe. L’Europe est actuellement focalisée sur la « crise de réfugiés » et semble ne pas se rendre compte des dangers de la disparition de la démocratie en Turquie. Actuellement, nous, — auteurEs, journalistes, Kurdes, AléviEs, et bien sûr les femmes — payons le prix lourd de la « crise de démocratie ».

lettre du 3 novembre 2016 d’Aslı Erdoğan.

Si la littérature ne servait à rien, il ne servirait pas de la mettre en prison.

“Le visiteur matinal”, extrait du recueil Les oiseaux de bois.

*

L’évolution de l’univers depuis le big bang me fait penser à la progression d’une idée abstraite vers sa concrétisation. Au début, avant le début en fait, il n’y a rien. Et puis il y a la possibilité de quelque chose, qu’on traduit par fluctuations quantiques, c’est à dire qu’il y a quelque chose ou rien. Et puis il y a quelque chose plutôt que rien (c’est l’instant 0 du Bigbang). Et puis ce quelque chose se précise par une dualité chaud/froid, agitation élevée/agitation moins élevée, ce dessin du fond de l’Univers, le rayonnement cosmologique primordial. Là, les protons et les électrons, qui sont des briques simples, se rencontrent (selon des lois physiques qui semblent pré-exister et sont toujours les mêmes) pour former les premiers atomes d’hydrogène, qui sont les prochaines briques. Et ainsi de suite jusqu’à la poussière de gaz, aux étoiles, aux galaxies, aux cellules, et enfin au langage.

Cela rappelle Spinoza, dans l’Éthique, et la substance à laquelle il appartient d’exister par elle-même — son Dieu que je remplace mentalement en lisant par l’Univers (ce qui rend alors parfaitement crédible ses définitions et démonstrations) — et cette stupéfiante perfection a priori des lois physiques qui n’ont pas été créées après l’apparition de l’Univers, de la matière, mais qui étaient là, comme peuvent en témoigner des expériences en laboratoire qui reproduisent localement les conditions d’un temps proche du Bigbang, observant avec nos lois d’aujourd’hui les effets qui ont laissé leur trace dans l’écho cosmologique.

Persévérer dans son être.

Cela deviendra clair, je pense, si l’on est un tant soit peu attentif.

Éthique I. P11. scol.

*

Je me disais en relevant la tête de mon clavier, l’autre jour, quand l’imprimante délirait, que je mourrai sans doute entre des piles de livres à moitié lus et des brouillons de manuscrits mal chiffonnés.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi