…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Un jour sur deux

mise en ligne : mardi 2 mai 2017

27 avril 2017

Et puis en même temps penser que rien n’est pire que s’endetter politiquement avec de toute façon des demi-racistes exploiteurs ou d’autres différemment masqués ou présentés médiatiquement, et qu’une question de degré dans l’abjection ne résoud rien (quel philosophe grec disait qu’on se noit aussi bien dans vingt centimètres que dans vingt mètres d’eau, pour dire qu’il n’y a pas de degrés dans l’éthique, qu’il n’y a pas de petite et de grande faute morale, qu’une fois qu’on a mis le doigt dedans c’est tout entier qu’on y est, etc. ?) et aussi que les haines individuelles sont déjà déchaînées et qu’on voit mal comment ça pourrait empirer — mais si, on voit en fait, mais non tout de même... quoi, pire ?

Enfin, lire [1], écouter, réfléchir, se mettre en colère, oublier, s’effondrer et un jour sur deux, se dire qu’on ne paiera pas pour les autres, qu’on a jamais voté pour s’endetter, au contraire toujours pour le bien commun, les nationalisations, contre le libéralisme de l’Union européenne, contre les privatisations, contre les réformes iniques, contre les expulsions inhumaines. Alors non, pourquoi payer pour cette majorité qui depuis 2002 a mis au second tour : Chirac, J.-M. Le Pen, Sarkozy, Royal, Hollande, M. Le Pen, Macron, c’est à dire autant de versions du capitalisme, de l’usure ?

Mettre de l’huile sur le feu n’a jamais rien éteint ; j’ai voté pour l’eau, enfin je crois, c’est en tout cas ce que j’attendais de voir ; mais étions trop peu nombreux. C’est pourquoi je comprends l’abstention, le blanc, le nul ; et qu’un jour sur deux je vote blanc : laisser faire la majorité, c’est bien ça la démocratie après tout, aussi : respecter le vote de mes voisins, pour des partis républicains, qu’on suppose tels car après tout ils ne sont pas interdits ? Bien sûr, ici, je glisse qu’interdire le FN serait quelque chose de tout à fait compréhensible eut égard au passé de ce parti, à ce que les journaux appellent "dérapages" mais qui sont des déclarations claires de négationnisme, d’homophobie, de racisme..., et à ses fraudes. Bref, respecter le vote du plus grand nombre et passer mon tour au second. Accepter que 16 588 476 citoyens se déplacent pour voter en faveur du feu (je ne compte là MLP + FF + NDA), et 8 657 326 pour l’huile (je compte celui tout seul qui est aussi au second tour) c’est à dire 53,06% des inscrits ; et seulement 9 979 460 pour l’eau (je suis généreux et additionne FI + PS (enfin, Hamon, une émulsion peut-être ?) + NPA + LO) ... alors oui, j’ai bien envie de baisser les bras : j’ai essayé l’eau je ne vais quand même pas avoir l’imprudence d’essayer l’huile ?

[1] par exemple ici.

Mots-clés

politique   Asnières-sur-Seine  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi