…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Souvenirs plastiques

mise en ligne : samedi 8 juillet 2017

5 juillet 2017

Par hasard je tombe sur une exposition qui m’émeut aux larmes.
Mémoire, souvenirs d’enfance piégés dans le temps. Objets anciens prisonniers d’un grillage, ficelés ou cloués sur un bois troué, rayé, abîmé. Caillou, jouet, bobine de fil sans fil, porte-clé, billes, bougie d’anniversaire... Détériorés, oubliés. Matérialisation d’un souvenir comme extrait de son lieu de stockage physique dans le cerveau, mon cerveau pour certains, souvenir transformé soudain devant moi en objet comme dans un film de Michel Gondry. Moins systématique et industriel, qu’Arman. Moins monumental que certains Boltanski, que j’aime beaucoup. Plus proche, plus touchant, plus intime.

La question de l’écriture du souvenir d’enfance vue à travers l’art plastique de cette installation murale, dont la simplicité — nuage d’objet pendus au mur — contraste avec la force émotionnelle qui peut s’en dégager.

Catherine Raynal, Mémoire d’ombres. Galerie Tokonoma, 47 rue Chapon Paris.

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi