…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Le tueur à la tronçonneuse

mise en ligne : vendredi 1er septembre 2017

9 août 2017

Je pense à #Hh sans y penser vraiment, sans oser plonger dans toutes les implications et nuages de pistes que j’ai laissées. Faut-il tirer tous les fils à fond ? Faut-il laisser l’espace ?

*

L’écho motorisé lointain, dans la forêt, de l’instrument du tueur à la tronçonneuse, résonne contre la falaise calcaire, haute frontière naturelle, résonne entre les épicéas et jusqu’à la ferme derrière moi, sa façade de talvanne au sud-ouest, neuve et brillante, qui n’a pas encore pris la couleur de bois que le vieillissement donnera au métal. Dans le silence total de ce village reculé au bout de la France, contre cette falaise Suisse, comme au pied du mur, le son de sa torture est particulièrement clair, détaillé, pourtant à deux ou trois kilomètres, caché par les arbres. J’entends les craquements des os, je crois bien entendre le sang gicler et retomber en léger écho contre les troncs voisins, les cônes secs répandus au sol. Je l’envie de pouvoir ainsi, par delà les convenances et la justice, se consacrer à sa passion, loin des préjugés, tandis que je peine à aligner quelques mots de mon roman en cours. J’aimerais avoir sa force de caractère. Et que nous l’ayons toutes et tous, et que nous puissions, ensemble, choisir avec la plus grande rigueur morale, nos victimes. D’ailleurs je pense que ce tueur en serait une des premières, à n’en pas douter. Je me demande comment il fait, de son côté, pour prélever ses victimes parmi nous. Je crois malheureusement qu’il a l’embarras du choix et parmi tous les misérables, que de notre côté nous abandonnons à leur sort sans même un regard ou une loi bienveillante, oui, il y a le choix. D’ailleurs peut-être que ces misérables seraient plus fiables dans leurs choix de victimes, peut-être nous choisiraient-ils, nous, comme premières cibles avant même de s’attaquer au tueur à la tronçonneuse ?

Mots-clés

en cours   campagne   mort   liberté   corps   fiction   politique  
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi