…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

AVERTISSEMENT :
Ce texte a été publié il y a longtemps, par conséquent, il commence à s'effacer. Les textes de plus de quatre ans sont presque illisibles. Prenez garde.
Voir la page vernis numérique pour en savoir plus sur cette patine numérique.

Violence des plantes

mise en ligne : mercredi 6 septembre 2017

1er septembre 2017

Eurostar au-dessus du T3 dans la perspective du boulevard Ney.

Stades porte de la Chapelle, surfaces vertes, hauts grillages.

Bidonvilles en contrebas des boulevards, invisibles si on ne marche pas sur le bord. Portes numérotées à la bombe. Bouteilles, canettes, chaussures, divers déchets sur leurs toits, jetés d’où ? Des tours voisines ? Des boulevards ?

Migrants alignés et fourgons de police, pauvres corps noirs et voûtés d’un côté, portant parfois un sac plastique, une bouteille d’eau ; fourgons blindés et jeunes hommes aux crânes bien rasés, armés de fusils-mitrailleurs de l’autre côté.

Plus loin, le quartier Rosa Parks, magasins et restaurants au cordeau, façades façadistes.

La violence des plantes nous faisait vaciller. (René Char)

Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi