Fragments, chutes et conséquences.

…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Accueil du site > Fragments > Google te voit

Google te voit

mercredi 17 novembre 2010

Google te voit.

Depuis sa voiture invisible (quoique certains reflets, des ombres…), hérissée d’appareils photos qui sont en anglais des cameras (souriez), Google t’observe pendant ta pause clope. Pendant que tu traverses, pendant que tu fais ou défais un ourlet à ton pantalon. Pendant que tu travailles, pendant que tu meurs peut-être, pendant que tu te promènes, le bras en écharpe, pendant que tu t’intéresses d’un peu trop près à ce que fait Google.

Google peut t’effacer, à moitié, complètement, existes-tu vraiment ? Google peut effacer ta maison pour révéler un jardin et multiplier celle du voisin. Google peut se fabriquer les paysages qu'il veut, indépendamment de la réalité du terrain. Google existe, pas de doute possible puisque tu l’a pris en photo Oui, tu existes bien sûr, et tu aimerais exister plus fort, de l’autre côté de la frontière…

Parfois, sur quelques mètres, Google saute les saisons et à y bien regarder, Google n’est pourtant pas là, mais sur des chemins de terre sur lesquels Google même abandonne, ou voit plus loin qu’il ne peut aller, ou se trompe de route

Parfois Google te cherche, sans te trouver, et parcourt pour ça des milliers de kilomètres, par tous les temps, partout, partout, vraiment partout, pour rien, parce que c'est beau, et Google prend pour ça, parfois, forme humaine.

 

(pour la plupart des clichés, remerciements à http://www.streetviewfun.com et à Christine Jeanney pour m’avoir fait découvrir GlobeGenie via http://tentatives.eklablog.fr/un-li...)
Et aussi à Cécile Portier et ses ateliers, Pierre Ménard et son article.
Et sans doute aussi à Google, et à tous ces gens qui ne portent pas plainte.

 

Certains clichés sont le fruits de mon tourisme virtuel. Dans StreeView, on peut utiliser les touches ‘flèches’ du clavier pour se déplacer et regarder autour de soi comme dans un jeu vidéo…