…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Les mots nous manquent

Le texte complet est publié à partir du 11 juin 2013 chez Hors-Sol.

  • Les mots nous manquent, VIII.

    13 août 2012
    Bon. Qu’est-ce qu’il fout ? 20 h 04, déjà. On va pas l’attendre comme ça, encore pendant… Ah… T’entends ? C’est pas trop tôt. Oh ! Ici ! Salut les gars. Désolé pour le retard… Ouais c’est ça. Tu l’as ? Ici. (...)
  • Les mots nous manquent, VII.

    7 août 2012
    Tiens, c’est marrant, tu sais, ce type là, tu vois ? Je l’ai croisé l’autre fois, sur le boulevard. Quel type ? Le type, là, tu sais, celui qui Ah ! ce type là oui. Eh bien je l’ai croisé, l’autre jour, (...)
  • Les mots nous manquent, VI.

    24 juillet 2012
    Pourquoi tu fais ça ? Tu ne comprends pas ? Si je ne le faisais pas, tout risquerait de s’écrouler, tout… Mais tu n’en sais rien ! Tout ce… Bien sûr que si ! Tu veux leur demander quoi ? Tu les as vu ? (...)
  • Les mots nous manquent, V.

    24 juillet 2012
    Je suis toujours pas convaincu. Puisque j’te l’dis Ouais, mais c’est du passé tout ça… J’veux dire, oui, c’est bon à savoir, c’est… c’est essentiel… Mais bon, aujourd’hui… Enfin, tu peux pas tirer un trait (...)
  • Les mots nous manquent, IV.

    24 juillet 2012
    En tout cas c’est très… Dix ans de travail, que voulez-vous Ah oui… C’est très… Tous les jours un petit peu et voilà… C’est vraiment… J’ai tout fait moi-même, j’y ai passé dix ans… Oui, c’est un beau (...)
  • Les mots nous manquent, III.

    18 juillet 2012
    Il est où ? Chhh… Dis-moi, allez. Il est où ? Non, chhh… Mais dis-moi ? Il est caché ? C’est ça ? Où ça ? Je te dirais pas. Mais pourquoi ? Parce que. Allez, s’il te plaît… Il est où ? Arrête. Dis-moi, tu (...)
  • Les mots nous manquent, II.

    18 juillet 2012
    Il en reste quoi ? Pas grand chose. Plus un bruit. Bougera plus. Il en reste quand même. On reconnaît plus rien, alors ça va. Et pour l’odeur ? On aère. Ça devrait suffire, le temps qu’ils arrivent. (...)
  • Les mots nous manquent, I.

    18 juillet 2012
    Et le petit ? On lui dira rien. Je veux dire, quand il sera grand ? On lui dira rien. S’il demande ? On lui inventera une histoire. Et s’il l’apprend ? Il l’apprendra pas je te dis. Si c’est comme (...)
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi