…atelier ouvert de Joachim Séné, écriture…

Recueil #1

  • Tu n’as tué personne encore

    23 janvier 2010
    Tu n’as tué personne encore. Alors je vais t’expliquer. Il faut bien choisir l’arme, et le sujet. Je te conseille de choisir d’abord l’arme. Si tu commences par choisir le sujet, tu ne sauras pas (...)
  • Annie

    23 janvier 2010
    Annie administre le réseau. La salle serveur est juste à côté de son bureau. A travers le mur, elle entend bourdonner les six machines serveurs. Dans la pièce, les armoires sont remplies de câbles, de (...)
  • Délivrance

    23 janvier 2010
    Il transpire, mais ne peut pas se rafraîchir. Il est entouré par trop de sources de chaleur. Le lieu est clos, à peine éclairé par quelques LEDs vertes et rouges. Le processeur est mal refroidit (...)
  • La poursuite

    23 janvier 2010
    Romain, programmeur, débugue. Depuis douze ans. Son bureau, son armoire, ses étagères, ont douze ans. La pièce est orientée Nord-Nord-Est. Pas de reflets dans les écrans. Trois écrans : un portable, (...)
  • Le boulanger

    23 janvier 2010
    « 44 rue de Miromesnil, 75008 Paris. » L’adresse de l’expéditeur aurait dû surprendre Alfred Givord. Au coupe-papier, il ouvrit l’enveloppe, la lettre dedans lui apprit sa nomination. Pourquoi (...)
  • Le passager

    23 janvier 2010
    Arrêt Grand Rue, une mère attend avec sa poussette. Dans le bus, les portes s’ouvrent. Hervé est debout dans la zone « prioritaire », devant la porte centrale, appuyé contre une rampe métallique. Des (...)
  • Le parc au bord du bois

    23 janvier 2010
    Elle et lui. Là, assis, dans le parc au bord du bois. Côte à côte. Trop loin pour se prendre la main, trop près pour se taire. Eux, jeune couple pieds nus sur la pelouse fraîche, à quelques pas des (...)
  • Le coup de pied

    23 janvier 2010
    Il était assis sur une des chaises de jardin en plastique blanc, sous le parasol. C’était la fin de l’après-midi et il regardait les enfants jouer au foot sur la pelouse. Elle était bordée d’une haie (...)
  • Le châlet détrôné

    23 janvier 2010
    Grand chalet sur haute montagne, extrémité sentier abrupt. Rochers lichens, vieux pins. B, voûté, regardait par la fenêtre du salon. S gravissait les dernières pierres le séparant du semblant de (...)
  • La panne

    23 janvier 2010
    Les deux cheminées de la centrale nucléaire. L’autoroute. Le champ des six éoliennes. Stéphane, seul, marche sur le bas côté. L’alignement des pylônes électriques, et ces câbles qui les relient. Le (...)
  • L’impasse qui se terminait en ciel bleu

    23 janvier 2010
    La rue qui menait chez lui n’était pas plate : déformée par les étés et les hivers, les pluies et les sécheresses. Bitume coulé il y a trop longtemps. Des fissures laissaient apparaître de la terre. (...)
  • La fontaine

    23 janvier 2010
    Le camionneur me déposa à un carrefour, au milieu des champs. Il devait livrer une ferme isolée. C’était le novembre encore agréable du sud-est, soleil bas, ciel bleu de fin de jour. – Vous continuez (...)
  • Le long du chemin de halage

    23 janvier 2010
    Cette silhouette qui court sur le chemin de halage, pas de doute, il l’a déjà vue quelque part. Sur ce même chemin. Il l’a déjà vue, il en est sûr. A cette heure-ci, tôt le matin. Mouvements de course (...)
  • Le vieil homme assis

    23 janvier 2010
    Je vois ce visage figé, ridé, posé sur un corps assis, voûté. Je vois les sourcils blancs, deux lignes. Le regard droit dans une direction où quand je regarde je ne vois rien. Ce regard, chacun (...)
  • Une trace

    16 janvier 2010
    On a retrouvé un Ciel reflété par le verre d’un immeuble. Dans une ville. La ville creuse l’espace et le remplit d’immeubles pleins de ciels. La neige ne tombe pas encore. On a retrouvé un corps Une (...)
  • Fin de ’chat’

    16 janvier 2010
    Se connecter tout de suite, là, deux heures du matin, mes copains vont s’éveiller là-bas, aller se coucher ailleurs, ou bien ils travaillent ou, comme moi, la nuit, ils se lèvent, fument une (...)
Vous pouvez soutenir mon écriture en achetant un livre, en commandant une Nuit écrite à la main pour vous, en devenant abonné.e à partir de 1 €/mois via Tipee, vous pouvez aussi