Journal éclaté

par Joachim Séné

Biblio

Sujet langue

mardi 10 novembre 2020

21 octobre 2020

Au bout du compte, il y aura ceux qui tiendront absolument à serrer la main et ceux qui ne voudront plus jamais. Et ce sera une question de vie ou de mort.

*

Je lis un très bon livre, mais pour moi, il y a trop de sujets. Ça m’arrive avec beaucoup d’excellents livres. C’est la répétition du sujet, l’importance d’un protagoniste, des personnages qui répètent inlassablement leurs noms, qui me décourage quand je lis un roman scénarisé. Et pourtant c’est à ça qu’il faut que je me colle en écrivant RRK. J’ai peur de ne pas y arriver, de partir dans des directions où les personnages s’effacent, où il ne reste plus qu’une langue qui circule entre les différents éléments de ce que j’ai à raconter. Plus que ces personnages, c’est sans doute la langue que je lis qui me bloque, et je mets ça sur le dos des personnages. Mon vrai problème derrière tout ça, ce que j’ai à raconter s’est réellement passé. Mais qui sont ces personnages ? Quel journal lisait-il ? Quelles étaient leurs opinions politiques ? Pourquoi ont-ils fait ce qu’ils ont fait ? Vais-je devoir parler à leurs familles ? Qu’est-ce que je leur dois ? La fiction est-elle autorisée ? Combien ? Les lieux où trouver l’information m’échappent et m’écrasent à la fois, je n’ai pas de formation universitaire, me sens dépassé par ça. Et puis, il y a pas mal d’autres travaux à faire en ce moment, rémunérés. Alors.